Rechercher

Eurythmie et ses atouts en pédagogie

Article apparu dans le Bulletin de liaison École M. Grunewald, pédagogie Steiner-Waldorf, Colmar, novembre 2020


« La danse est le premier-né des arts. La musique et la poésie s'écoulent dans le temps ; les arts plastiques et l'architecture modèlent l'espace. Mais la danse vit à la fois dans l'espace et le temps. Avant de confier ses émotions à la pierre, au verbe, au son, l'homme se sert de son propre corps pour organiser l'espace et pour rythmer le temps. "

DE: Curt Sachs, un musicologue allemand né à Berlin le 29 juin 1881 et mort à New York le 5 février 1959.



L’eurythmie, cet art du mouvement, accompagne les enfants des tout débuts du jardin d’enfants jusqu’à la 12ème classe à raison d’un cours par semaine du jardin d’enfant à la 4ème classe et deux cours pour les classes 5 à 12. Les cours se font en groupes jusqu’à 15 enfants. C’est un professeur spécialisé, formé à l’Eurythmie (minimum 4 ans de formation) qui en a la charge. Une fois par un pianiste accompagne l’Eurythmie ;

L’eurythmie a pour cible non pas certaines connaissances, équivalant à des acquis fixes, mais une formation esthétique, kinesthésique (ressentir ses propres mouvements) et expressive du mouvement.

Pourquoi relier l’esthétique au mouvement et à l’espace ?

L’Eurythmie s’appuie, comme tout notre plan scolaire, sur trois principes vieux comme la philosophie de Platon : le Bon, le Beau, le Juste (Phèdre). La beauté est recherchée pour les mouvements de son propre corps, l’harmonie avec la musique, avec la poésie, mais aussi la beauté qui s’exprime dans l’ensemble dans le groupe en mouvement. En réalité, il s’agit bien d’un art social également, qui, tout en permettant à chaque enfant de se ressentir en lui-même, va développer peu à peu, au fil des exercices proposés, tout un vécu d’expériences sociales au sein de son groupe.

Une des spécificités de l’Eurythmie peut se ressentir quand un groupe classe arrive à se mouvoir de façon fluide, dynamique et harmonieuse, sur une chorégraphie où les formes se forment et se transforment de façon étonnante, tout en faisant des gestes d’une grande complexité.



La gestuelle de l’Eurythmie est basée sur l’observation des mouvements du langage (mélodie, rythme, articulation…), de la musique, mais aussi sur les mouvements de la nature (apesanteur, légèreté, mouvement du vent, de l’eau) et de la géométrie qui la régit. Cette gestuelle est très complexe, structurée, reconnaissable quand on l’a apprise (comme une langue) et peut se décliner dans des variations infimes, exactement comme les mouvements de notre environnement. Les enfants apprennent multitude de gestes comme l’alphabet, les notes et intervalles musicales, mais aussi des expressions de l’âme, du ressenti, des couleurs, des états subtils de l’être plus philosophique et spirituel.

Pour les plus jeunes enfants, l’entrée dans le mouvement se fera par un appel à leur imagination à l’aide de la poésie et de la musique, par exemple, un environnement de pleine nature. Ce contexte imaginaire permet la transformation des perceptions et pulsions motrices de l’enfant en mouvements dansants, harmonieux et naturels et lui donne la possibilité de se métamorphoser lui-même au travers de l’activité.

Le thème de chaque saison est saisi de cette manière, accompagnant le développement moteur du petit enfant : coordination, latéralisation, maîtrise et évolution des mouvements, toujours sollicités de manière ludique, qui lui permettent de se construire.

Plus tard, lorsque l’enfant arrive à l’école, le vécu du cercle est un nouvel exemple de la richesse des vécus et métamorphoses possibles : un cercle harmonieux et équilibré, lui apporte la perception de soi-même et du groupe, perception grâce à laquelle l’enfant va aller vers une saisie de soi, de sa créativité…

Le cercle est exploré dans toutes ces variations, transformé avec des formes diverses.

Chez les plus âgés, le travail va peu à peu se diversifier, se nuancer, se préciser. Des thèmes qui font résonance au vécu des jeunes à l’aides de textes et musiques divers actuels et de l’héritage culturel de apportent aux jeunes la possibilité de trouver une cohérence entre leur propres mouvements comme sur la cohérence du groupe.

L’imitation qui a permis les débuts du petit enfant en eurythmie s’est métamorphosée en gestes conduits, habités consciemment, à l’image de l’individualité qui s’éveille, et gagne peu à peu en autonomie.

L’objectif est d’amener les élèves puis les adolescents à saisir pleinement leur potentiel corporel, du mouvement sain et esthétique et à devenir eux-mêmes créatifs.

Le capital des expériences motrices que l'enfant acquiert durant son enfance, et un investissement pour sa vie entière, le vécu riche en imagination le nourrira au-delà de sa scolarité et les efforts fournis se transformeront en capacité à affirmer sa personnalité à l’age adulte.


Hélène Grunenberger, Alhaga Seiler



*Kinesthésie : Perception des déplacements des différentes parties du corps, assurée par le sens musculaire et par les excitations de l'oreille interne.

*Relatif à la kinesthésie; qui concerne la sensation de mouvement des parties du corps



4 vues0 commentaire