Rechercher

Eurythmie, Origine, Philosophie, Formation, Enseignement

Dernière mise à jour : 24 juin 2021


Introduction

L'eurythmie est un art vivant créé par Rudolf Steiner 1861-1925 et Marie Steiner. C'est une danse expressive, un art du mouvement qui trouve sa place dans les arts du spectacle depuis le début du 20ème. C'est également une discipline enseignée aux enfants pour accompagner leur développement esthétique, psychomoteur et social.

“La danse est le premier-né des arts. La musique et la poésie s'écoulent dans le temps ; les arts plastiques et l'architecture modèlent l'espace. Mais la danse vit à la fois dans l'espace et le temps. Avant de confier ses émotions à la pierre, au verbe, au son, l'homme se sert de son propre corps pour organiser l'espace et pour rythmer le temps. " Curt Sachs est un musicologue allemand (1881-1959).



Origine

Eurythmia dans la Grèce antique, l’Architecture et l’Homme de Vitruve

Le mot "eurythmia" vient du grec. Il peut être traduit par "harmonie des proportions", "mouvement juste et harmonieux", "beau mouvement". (altgr. εὖ eu bon, juste et ῥυθμὀς rhythmόs Rythme, εὐρυθμία situation juste, bonne mesure, harmonie) .

L'eurythmie est nommée dans le livre sur l'Architecture de Vitruve (Architecte, Ier siècle av. J.-C.) . dans les 6 principes du design: "ordinatio" (ordre), "dispositio" (disposition), "eurythmia" (proportion), "symmetria" (symétrie), "decor" et "distributio" (économie). Vitruve a décrit comment, en perfectionnant l'art de la construction, la Grèce antique a donné un sens aux proportions, culminant dans la compréhension des proportions du corps humain (le mot "symmetria" faisait référence à "l'harmonie mathématique" et aux proportions du corps humain et de la nature). Ceci conduit Vitruve à sa définition de l’homme vitruvien, qui sera ultérieurement réactualisé avec Léonard de Vinci et son célèbre dessin: le corps humain inscrit dans le cercle et le carré. On peut y lire: "Aucun temple ne peut avoir un design rationnel, sans symétrie et sans proportion, c'est-à-dire sans avoir une relation proportionnelle exacte avec les membres d'un corps humain."



C'est au début du siècle dernier (à partir de 1911), que l'eurythmie a été développée par Rudolf Steiner (1861–1925), le fondateur de l'Anthroposophie*. Avec l'eurythmie, Steiner a créé entre 1911 et 1925 une langue gestuelle dansée.

Du point de vue de l'histoire de la danse, l'apparition de l'eurythmie peut être mise en relation avec la révolution de la danse scénique et de la conscience corporelle à l'aube du XXe siècle, qui en Amérique, se développa avec entre autres Isadora Duncan, Loïe Fuller et Ruth St. Denis. L'eurythmie apparut à peu près au même moment que la Gymnastique rythmique créée par Émile Jaques-Dalcroze (1865–1950), les formes d'expression dansées de Rudolf Laban (1879–1958), ainsi que d'autres recherches artistiques expressionnistes. On abandonnait l'ancien pour chercher du nouveau .


Isadora Duncan 1877-1927




Loïc Fuller 1862-1928




Jacques-Dalcroze: la danse rythmique



Les premières instructions d’Eurythmie

Les premières traces de réflexions de Steiner pour un art du mouvement, remontent à 1908. Lors d'une conférence, Rudolf Steiner demanda à Margarita Woloschin, peintre et écrivaine, s'il était possible de traduire par la danse un passage de texte. La réponse de Woloschin fut: « Je crois que tout ce que l'on ressent, on peut le danser ». Elle ne donna pas elle-même de suite à cette initiative. Trois années s'écoulèrent encore avant que Steiner ne donne lui-même le baptême à l'eurythmie. Sa première élève en eurythmie fut Lory Maier-Smits, dont la maman demanda à Steiner s’il était possible d’apprendre un Art du mouvement qui intègre les fondements de l’Anthroposophie, philosophie de vie dont Rudolf Steiner est le fondateur. Les premières indications et les premiers cours étaient liés à la langue, et comment la danser: une simple phrase, en écoutant sa mélodie, son rythme, sa modulation. Peu à peu les indications se poursuivaient en marchant par exemple sur les allitérations. Lory devait aussi "danser son prénom". Le lien entre le mouvement et la langue donna ainsi les bases de l’Eurythmie. Le 24 septembre 1912 Marie Steiner proposa le nom Eurythmie, que l'on utilise encore aujourd'hui. Lory Maier-Smits a par la suite mis par écrit les indications de Rudolf Steiner et les a retransmises dans son enseignement. Rapidement, d’autres élèves se sont joints à ces cours et ont répété ensemble. L'eurythmie s’est ainsi développée progressivement, principalement à Dornach, en Suisse. L’Eurythmie musicale s’est développée par la suite en lien étroit avec des musiciens. La question de la transmission et d’une pédagogie du mouvement a accompagné le développement de l’Eurythmie dès le début et représente encore aujourd’hui le principal domaine d’application.


Rudolf Steiner appelait l’Eurythmie un Art expressionniste. Elle devait exprimer, rendre visible, la langue, le langage. Exprimer un message, des sentiments, basés sur les sons de la langue, en recherchant le mouvement initial à la création du mot parlé. Ainsi l’Eurythmie n’est pas un langage de signes, avec un codage par signification des mots exprimés, mais une incitation à la recherche artistique du verbe, du son, de la musique. Ainsi toutes les langues du monde peuvent être exprimées en Eurythmie, comme toutes sortes de musique.


Autour de Rudolf Steiner et le premier Goetheanum à Dornach, qui fut construit entre 1913 et 1920, se développaient beaucoup d’activités artistiques : peinture, sculpture, musique, théâtre. Lorsque le Goetheanum fut construit, ce lieu devint la scène principale pour les représentations d’Eurythmie, avec notamment Tatjana Kisseleff.

La mise en scène de pièces diverses au Goetheanum, mais surtout du Faust de Goethe, intégrait rapidement l’Eurythmie, qui devenait ainsi partie intégrante de l’expression scénique, et se développait au fil des répétitions et spectacles jusqu’à nos jours.


Des indications pédagogiques étaient aussi données aux premières élèves qui, elles, transmettaient à leur tour ce qu’elles avaient appris à des groupes enfants.

Un premier livre sur l’Eurythmie rassemble les notes et souvenirs des premières Eurythmistes : les notes du cours dit « Dyonisen » qui eu lieu en septembre 1912, du cours apollinien, en 1915, des discours de spectacles. On y trouve une multitude de renseignements, explications, exercices et indications, principalement sur l’Eurythmie de la parole et des exercices pédagogiques.

L’Eurythmie s’est développée ainsi durant 10 ans autour de Rudolf et Marie Steiner. L’Art de la parole, l’Art de réciter, de déclamer la poésie et l’Art dramatique, devenait indissociable de l'Eurythmie. Des musiciens accompagnaient aussi les cours avec des œuvres du répertoire de musiques classiques et contemporaines. Peu à peu les premières formes (chorégraphiques ) et solos étaient données par Rudolf Steiner. Ces formes étaient créées sur demande des Eurythmistes, pour un morceau donné, et ensuite exercées et montrées dans les spectacles. Il existe aujourd’hui en Eurythmie des centaines de formes dessinées par R.Steiner, qui sont recensées dans une dizaine de livres. Elles forment une base chorégraphique très riche et variée.

En février 1924 fut donné le cycle de l’Eurythmie de la musique, ou de « Toneurythmie », avec 8 conférences accompagné de démonstrations, dans un cercle restreint d’Eurythmistes et d’amis. Et en juin/juillet 1924 le cycle de l’Eurythmie de la Parole, avec 15 conférences à un public plus large. Dans ces cycles sont abordés les éléments principaux de l’Eurythmie.



Forme d’Eurythmie dessinée par R.Steiner


Une très riche source du développement de l’Eurythmie sont les mémoires, notes et écrits des Eurythmistes ayant suivi son développement dès le début. Plusieurs d’entre elles ont ensuite fondé des écoles professionnelles d’Eurythmie.

Les premières écoles furent fondées en 1924 à Dornach et à Stuttgart. Il en existe aujourd’hui sur tous les continents.


Formation